le-temps-qui-passe-courbe-du-temps-nouvelle

La nouvelle courbe du temps – gestion du temps

On pense que le temps s’écoule de manière horizontale, à plat, mais c’est faux !

Sans titre01039
L’ancienne courbe du temps

 

Ce n’est pas une ligne, mais un rectangle en relief !

 

gestion du temps
La nouvelle courbe du temps, de la gauche à la droite : passé > présent > futur

 

Ce qui est difficile sur le court terme devient facile sur le long terme. De même, en nous concentrant dès maintenant sur nos erreurs, et nos efforts, plus tard on aura moins de souffrance pour plus de plaisir. Et la manière que l’ont nourris notre passé, ainsi que l’identité de ces derniers, va impacter notre futur, sur le présent.

Voyons ce que ça donne avec des explications plus simples :

Il faut prendre aussi en compte l’intensité, plus elle est élevée, et plus son effet sera inversé au cours du temps. En gros, le temps amplifie TOUT. Même les émotions.

Idem pour les dépenses énergétiques : l’intensité d’un entrainement sportif demande de l’énergie qui décroît rapidement, par contre on peut facilement regarder la télévision pendant des heures.

C’est tout de même quelque chose d’assez complexe, parce que sans changement tout ce qui est fort reste fort, et tout ce qui est faible reste faible. Ce qui est inversé c’est le degré de souffrance par rapport au plaisir et donc difficulté/facilitée. Si je commence ma journée du bon pied, la probabilité de continuer à être productif tout au long de celle-ci est élevée; le contrairement est également vraie. Cependant ce qui va changer c’est la douleur relative à celle-ci, avec la même quantité d’efforts tout au long de la journée, ce sera beaucoup plus difficile de m’y mettre, mais plus la journée va passer moins je vais souffrir et plus je me sentirais bien.

Article similaire :  Comment être positif ?

Je peux prendre un autre exemple : c’est en affrontant nos peurs, celles qui nous empêcherons  d’agir, dès leurs apparitions qu’il est plus facile de s’y remettre. Ou encore, que la quasi-totalité des personnes productives vous répondra qu’il faut placer la tache la plus difficile, celle que l’on n’a pas envie de faire en premier. Et même une métaphore : « Si tu mets le sable en premier dans le bocal, tu n’auras plus la place pour mettre les pierres, par contre si tu commences avec les pierres tu auras  ensuite de la place pour mettre le sable car il se faufilera entre les cailloux ».

En gros, « commencez fort, finissez en beauté ».

Cela va même plus loin, et notre bonheur, notre état d’esprit et notre enthousiasme peuvent être impactés. Plus tôt on pense à nos échecs, et à ce que l’on pourrait avoir fait mieux, ainsi que de les accepter. Plus il sera facile de s’en remettre. Alors que si on les évite, plus ces déceptions resteront dans notre conscient, ou notre subconscient, et importeront négativement nos vies. De même, en pensant et en parlant de nos succès, nous n’aurons plus envie de continuer, nous deviendrons arrogants. Et comment continuer à rester motiver quand on a déjà atteint une certaines réussite ? En se disant que l’on a encore rien fait, qu’il reste encore tout à faire.

Comme dit plus haut, ce n’est pas une ligne mais un rectangle. Et plus l’intensité est forte au début, moins elle le sera à la fin. Coupez votre gazon à moitié et vous devrez recommencer plus tôt, coupez-le à fonds, et vous serez tranquille pendant plus longtemps. Tout comme on l’a vu avec la mémoire et l’apprentissage, plus l’intensité relative à une information est élevé, et moins on aura besoin d’utiliser la répétition, moins l’émotion est intense, plus la répétition sera nécessaire.

Article similaire :  Pourquoi et comment se fixer des objectifs et avoir une vision de l'avenir ?

 

Tag : la nouvelle courbe du temps, gestion du temps

Laisser un commentaire