Comment faire une critique positive (et ne blesser personne)

Comment faire une critique positive (et ne blesser personne)

Que ce soit avec un collègue, un enfant ou un conjoint. On a besoin par moment, de donner notre ressentie pour aider l’autre personne. C’est pourquoi il existe une méthode simple et efficace pour savoir comment faire une critique positive, pour donner un conseil sans chercher ni à blesser l’autre personne, ni à lui forcer à prendre une décision.

Tout changement doit venir de l’intérieur, et forcer quelqu’un à faire quelque chose sans qu’il ne voie ce que ça va lui apporter. D’un autre côté lorsque nous sommes trop direct, même si nous faisons attention ; il n’est pas rare de blesser l’autre personne alors que ce n’était pas le but recherché. Et si l’on dit rien, on est un mauvais ami, ou un mauvais parent, voir même un hypocrite. Dans certains cas, lorsque ce sont nos collègues ou nos employés, nous sommes dans l’obligation de prendre les devant sans perte de temps.

 

Vous pouvez télécharger gratuitement un extrait gratuit de mon livre "La Science du Succès: une méthodologie pour réussir dans tous les domaines de la vie en cliquant ici

 

Savoir de quoi l’on parle

Il est important, et même cruciale de savoir de quoi l’on parle si l’on veut critiquer positivement quelqu’un. Nous ne sommes pas obligés d’avoir vécu la même situation, les mêmes erreurs. Mais il est nécessaire d’avoir au moins une histoire. Bien entendu, plus l’histoire est personnelle, plus l’histoire est proche, plus cela est puissant.

Il s’agit de condition indispensable pour commencer à discuter, il est impossible de s’imaginer donner une critique sans avoir un vécu ou une histoire de quelqu’un qui a emprunté le même chemin avec des conséquences néfastes. Une seule histoire d’une seule personne est bien plus efficace que « Tous le monde fait ceci, tout le monde fait cela ».

L’autre condition est de faire déjà le comportement recherché. Il serait incohérent de dire à un enfant de ne pas manger de gâteaux ou de biscuits lorsque l’on s’en goinfre. Nous reviendrons sur ces deux conditions un peu plus loin. Maintenant, il faut prendre cette personne part, s’asseoir avec elle et :

Pour faire une critique positive, commencez par parler des qualités

Il est nécessaire de parler des qualités avant même de commencer à critiquer. Prendre la personne concernée à part afin de ne pas lui faire honte est indispensable.

Nous devons commencer par parler des qualités : « Je trouve que tu es une personne courageuse », « Je trouve que tu es une personne ambitieuse et qui n’a peur de rien, c’est vraiment une grande qualité ».

Ne mettez pas de « mais », parler des points positives, de ce que vous aimez chez cette personne. En quoi se distingue t-elle des autres ?

Comment faire une critique positive (et ne blesser personne)

Demander la permission pour être directe et de dire la vérité

Ensuite, nous devons demander la permission d’être directe, la permission de dire la vérité ; de façon à ce que la personne comprend que nous sommes sérieux, que nous ne voulons pas tourner autour du pot, que nous ne sommes pas hypocrite, mais un ami qui lui veut du bien.

La plupart des gens diront oui d’un coup. Tout le monde préfère la franchise et la critique constructive et positive. Personne n’aime les hypocrites, ceux qui tournent autour du pot et ceux qui ne pensent qu’a eux même.

Pour faire une critique positive, il faut toujours demander la permission d’être directe. Si on nous répond « non « , c’est que ce n’est pas le bon moment. Programmez alors un autre moment ou vous pourrez discuter tranquillement; il ne faut pas fuir le conflit. On n’agit pas sur l’effet, mais sur la cause. C’est le seul moyen de régler un problème, peu importe la nature de celui-ci.

Parler de nos propres erreurs

Je reviens sur le premier point. Maintenant, il est important de parler de notre expérience personne, de notre vécu. Nous conseillons, nous ne forçons pas ; rappelez-vous que toute décision doit venir de l’intérieur.

« Quand j’avais ton âge, j’avais fait.. […] Et ça, c’était mal passé, je suis allé en conseil de discipline et l’on a faillis me renvoyer. J’allais perdre mes amis, mes repères, avec le temps, je me dis que ça n’en vaut pas la peine ».

Racontez votre histoire, appuyez bien sur les cotés émotionnelle, sur ce que ça à (ou faillis) vous coûter. Si vous n’avez pas d’histoire comme cela parler de l’histoire d’un de vos proches ou d’une toute autre personne. L’histoire doit être vraie. Puis, nous devons montrer comment, actuellement, nous appliquons ces choses. Il est inutile de donner des conseils lorsque l’on n’applique même pas nous-même les choses que l’on propose.

Dire en en quoi ça aidera la personne concerné

Et pour ce point, il faut connaître les motivations de notre interlocuteur. Que recherche t-il ? Qu’est-ce qui le motive ? Puis montrons lui les effets positifs que ça aura sur sa vie.

Si à ce stade vous ne trouvez aucune idée sur ce que ça peut lui apporter, il est probable que c’est un comportement que vous voulez, vous et vous seul. Tout doit être sous un système gagnant/gagnant.

Demander un feedback futur pour faire une critique positive

Puis, nous devons terminer en demandant si notre collaborateur à des questions éventuelles. Et la dernière étape afin de faire une critique positive et constructive est de demander un feed-back futur ; c’est-à-dire de venir nous voir, et nous parler de l’effet qu’aura ce changement dans sa vie. Quelles seront ses impressions ? Est-ce que les points positifs énumérés plus haut ont-ils été vécus ? Il est possible de proposer une date et une heure précise, mais tout dépend des situations ; ce n’est pas obligatoire.

 

Vous pouvez télécharger l'extrait de mon livre : la Science du Succès: une méthodologie pour réussir dans tous les domaines de la vie en cliquant ici

Découvres également en complet La Science du Succès sur Amazon en cliquant là

Laisser un commentaire